Le saviez-vous : pesticides ?

L’AB et les pesticides

Tout comme l’agriculture conventionnelle, l’agriculture biologique utilise, elle aussi, des pesticides. Notamment, le spinosad, l’azadirachtine (huile de neem), les pyréthrines, la Deltaméthrine, le Bacillus thuringiensis, le virus de la granulose du carpocapse, le cuivre, le soufre etc. Certains de ces produits, comme la roténone, sont aujourd’hui suspectés d’avoir un lien avec la maladie de Parkinson.

Certains pesticides utilisés en AB sont des perturbateurs endocriniens

En effet, c’est le cas de l’huile de neem, interdite en France mais autorisée dans certains pays européens. Toutefois, certaines associations d’agriculteurs biologiques l’utilisent en toute illégalité au motif que ce serait une PNPP (Préparation naturelle peu préoccupante).

L’AB et les résidus de pesticides

Comme les produits issus de l’agriculture conventionnelle, ceux de l’agriculture biologique présentent des résidus de pesticides En janvier 2009, une étude de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a signalé la présence de résidus de pesticides dans 21% des échantillons de produits bio d’origine française. Soit un produit sur cinq  ! «  Sur 256 échantillons de produits biologiques, 203 échantillons ne présentent aucun résidu de pesticide, 45 échantillons sont positifs en dessous de la LMR [limite maximale de résidus] et 8 échantillons sont positifs au-dessus des teneurs maximales autorisées. En tenant compte de l’ensemble des échantillons positifs, le taux de non conformité est de 20,7 %  », note le document.

Fort heureusement, ces traces infinitésimales de résidus ne présentent aucun risque pour la santé humaine.

Dans les produits bio, on peut retrouver des résidus de pesticides au-delà de la LMR

En effet, en 2002, une étude italienne a mis en évidence la présence de roténone dans de l’huile d’olive bio, avec un taux de contamination de l’ordre de 500 ppb, soit un dépassement de plus de 10 fois la LMR.

Les résidus de pesticides en général

Notre assiette – bio ou conventionnelle – contient un nombre impressionnant (plus de 128) de résidus de produits chimiques. C’est vrai. Faut-il s’en inquiéter ? Pas nécessairement. La quantité totale des résidus de pesticides retrouvée dans un menu quotidien représente 0,0003 mg. Soit un cachet d’aspirine partagé par 1,5 million de personnes  ! En revanche, en nous nourrissant normalement, nous ingérons quotidiennement 1,5 g de substances végétales naturelles mais potentiellement toxiques (acide caféique, d-limonène, safrole, estragole, psoralène, acrylate d’éthyle, sinigrine, hydrazino-benzoate, sésamol, acétate de benzyle, acide chlorogénique, hydroquinone, furfural, etc). Soit une quantité 5 millions de fois supérieure à celle des pesticides de synthèse absorbés par notre organisme  !